Pacte territorial pour l’économie de proximité : « Un beau partenariat »

Claude Borcard, Marie-Guite Dufay et Jean-Yves Ravier (de g. à d.)

C’est la formule employée jeudi 18 février par Marie-Guite Dufay lors de la signature du plan de soutien à l’économie de proximité abondé conjointement par la Région Bourgogne Franche Comté, ECLA Lons Agglomération auxquels s’est jointe la Ville de Lons-le-Saunier.
Ce rendez-vous avait déjà été programmé à deux reprises mais à chaque fois, la Covid-19 a empêché la venue de la présidente de Région à Lons-le-Saunier.
Ce retard a la signature n’a pas empêché le dispositif de s’
enclencher puisque l’agglomération a délibéré deux fois, le 30 juillet puis en novembre pour intégrer le volet investissement.
Le pacte, une fois validé par les assemblées délibérantes, est devenu opérationnel sous plusieurs formes :

Un fonds d’avances remboursables de 102 942 € dont les dossiers sont instruits par Initiative Jura et financés via l’ARDEA (Région, Agglo, Banque des territoires)

Un fonds régional des territoires pour l’économie de proximité (en subvention) de 205 884 € mobilisés par la Région (4€/hab. Pour l’investissement + 1€/hab. pour le fonctionnement) et l’Agglomération (2€/hab.) et pour lequel la Ville de Lons a abondé à hauteur de 34 582 € (2€./hab.)

Jeudi à l’Hôtel de Ville et d’Agglomération, Marie-Guite Dufay a rappelé la genèse de ce dossier qui remonte à mars 2020. La Région avait décidé de venir en complément du Plan national de solidarité en aidant les entreprises sans salariés, alors exclues du PNS. « Mais le Gouvernement a revu sa copie en avril et les a intégré dans son plan. Nous avons alors consulté de nouveau les EPCI et nous avons réfléchi ensemble à ce qui pouvait être utile aux PME dans une situation grave aussi inédite. »
Les communautés de communes o
u d‘agglo et la Région ont en effet en commun la compétence dans le domaine économique. Les conséquences de la crise sanitaire ont donc accéléré la collaboration encore embryonnaire entre ces deux partenaires naturels qui permet aujourd’hui que toutes les entreprises quelque soit leur taille, leur spécificité ou leurs besoins trouvent une solution à leurs problèmes.Une sorte de « filet de sécurité ».

« Je salue l’initiative de la Région de travailler en concertation avec les EPCI » a souligné Claude Borcard, président d’ECLA.
Pour compléter le dispositif, la Ville de Lons a rejoint le Fonds régional « sans hésiter » a précisé Jean-Yves Ravier qui a rappelé toutes les aides spécifiques mises en route cet été dès la mise en place du nouveau conseil municipal.
« C’est un beau partenariat « , selon Marie-Guite Dufay qui voit là, l’opportunité de consolider les liens entre Région et EPCI. « Cela fait partie des opportunités de crise ! »
Des propos confortés par tous les intervenants notamment Nathalie Travers (Jura Initiative) qui ont précisé que les demandes des entreprises concernaient souvent l’investissement et par Philippe Rouget (CCI) qui confirmait que les demandeurs sont souvent porteurs de projets, prouvant que malgré les circonstances, « ils n’ont pas baissé les bras. »
De son côté, Willy Bourgeois a souligné l’agilité du dispositif public et la rapidité de l’instruction des dossiers (15 jours à trois semaines).

Les dossiers

Pour les avances remboursables, 23 dossiers ont été déposés, 14 ont déjà été approuvés dont ceux de la Crèperie des délices et Gavand Sport, dont les responsables étaient présents pour témoigner de l’utilité de ces aides dans le contexte actuel pour leur permettre, l’un de développer la vente à emporter et l’autre de communiquer via les outils numériques.

Étaient présents à cette signature :
Mme Marie-Guite Dufay, présidente de la région Bourgogne Franche-Comté
Claude Borcard, président d’ECLA Lons Agglomération,
Jean-Yves Ravier, maire de Lons-le-Saunier,
Pierre Grosset, vice-président de l’agglomération et conseil régional délégué
Willy Bourgeois, adjoint au maire de Lons et conseiller régional délégué,
Nicole Paraiso, adjointe au maire de Lons
Nathalie Travers, directrice de Initiative Jura,
Philippe Rouget, directeur du développement économique à la CCI,
Laurie et Anthony Marques (crèperie des délices)
Simon Perrin (magasin Gavand sport)


De gauche à droite, Simon Perrin , Anthony et Laurie Marques. Leurs entreprises (Gavand Sport et Crèperie des délices) ont bénéficié de 10 000 euros d’avance remboursable pour leur permettre de s’adapter à cette période de crise