Me déplacer

Voirie / Travaux

En terme de voirie, la réalisation la plus marquante à laquelle l’agglomération a participé.

Contournement ouest de Lons-le-Saunier : ECLA a pris sa pleine mesure

Le contournement ouest de Lons-le-Saunier, long de 8 kilomètres entre Messia-sur-Sorne et L’Étoile, est ouvert intégralement depuis septembre 2015.

Le nord de l’agglomération lédonienne est désormais relié au sud via cette rocade toute neuve passant à l’ouest. C’était le chaînon manquant.
Son activation a marqué la fin d’un demi-siècle de « labour politique », les différents élus jurassiens (au niveau du Département et de Lons) ayant vaillamment croisé le fer avec l’Etat durant une poignée de décennies. La Ville de Lons et son maire Jacques Pélissard se sont battus pour obtenir, de manière décisive, son inscription au contrat de plan, obtenir de l’Etat la DUP (Déclaration d’Utilité Publique), une « rallonge » de 3 millions d’euros et un complément de financement de la Région pour permettre, enfin, l’aboutissement du projet.

La mise en service de ce chaînon manquant – donc le tronçon sud entre la RD 1083 et la RD 678, soit 8 km – permet de fluidifier le trafic, de l’alléger surtout dans le centre-ville lédonien où passaient quotidiennement 2000 poids lourds.

Le contournement ouest, dans son ensemble, est emprunté par plus de 18 000 véhicules chaque jour.

Ce vaste chantier a été mené sous la maîtrise d’ouvrage du Département du Jura depuis le 1er janvier 2007, l’État lui ayant passé le relais dans le cadre de l’acte II de la décentralisation.
ECLA a pris une part prépondérante dans cette réalisation en investissement 10 millions dans ce grand projet, aux cotés de l’Etat, du Département et du Conseil Régional de Franche-Comté. Pour un coût final de 52 millions d’euros.

Le contournement en bref

Caractéristiques techniques : tronçon de 8 km dont 1,2 de créneau de dépassement à 2×2 voies. 16 ouvrages d’art dont 6 ouvrages hydrauliques dont le viaduc de la Sorne (135 m), 5 passages inférieurs routiers, 3 ouvrages dédiés aux modes doux (dont une passerelle de 40 m), un ouvrage agricole et grande faune, un rétablissement de chemin rural.
* Une dimension environnementale : celle-ci est scrupuleusement prise en compte par les constructeurs/aménageurs. A noter donc : l’acquisition de plusieurs parcelles (7 ha au total) abritant faune et flore remarquables, avec gestion conservatoire ; création de 10 mares et de 22 ouvrages « petite faune » afin d’atténuer l’effet « mur » de la route ; plantations pour éviter les collisions des oiseaux et des chiroptères avec les véhicules. Un aménagement paysager spécifique permet d’intégrer au mieux la nouvelle voie dans l’environnement traversé.